J’ai lu: Goldman l’éternel mystère d’Eric Le Bourhis

En Juin ma proprio m’a prêté un livre qu’on lui avait offert: Jean Jacques Goldam. J’ai de suite pense à… La Carne mais aussi … à mon enfance. JJG qui est si mystérieux, qui a fait chavirer nos coeurs, qui n’a pas chanté un refrain de Jean Jacques. Chanteur incontournable et pourtant si discret. Ce fut donc avec un vrai plaisir que j’ai accepté ce livre.

Résumé: Inclassable et fédérateur, adulé et méprisé, célèbre et discret… Tel est le paradoxe Goldman. La star de la chanson française a toujours préféré l’ombre rassurante de l’anonymat à la lumière trompeuse des spotlights. Éric le Bourhis retrace son parcours avec quantité de témoignages et de documents inédits, et explore la vie d’une personnalité bien moins lisse que certains ne veulent le croire !

Éric Le Bourhis est journaliste depuis 2000 au sein du groupe Prisma Média. Spécialisé dans l’actualité et les people depuis 10 ans, il côtoie les personnalités du petit écran et de la musique. Il est aussi l’auteur de Johnny, L’incroyable histoire (Prisma, 2012).

Ce que j’en ai pensé…. Je ne vais pas vous mentir mais … que ce fut barbant! Ma proprio a adoré, elle a trouvé JJ encore plus grand que ce qu’elle voyait à la télé et moi ce livre m’a énormément déçue. Les 1ers chapitres sont plus sur sa famille que son enfance à lui seul. Il existe des circonstances atténuantes, ayant eu un frère qui a fait de la prison mais du coup les 1ers chapitres sont sur ce frère et non JJ. Et le reste du livre n’est, selon moi, qu’un résumé d’entretiens radiophoniques, interviews télé, revues. Rien venant de JJ lui même, aucune intervention dans ce livre. L’auteur présume, suppose mais rien n’est prouvé puisque Jean Jacques n’intervient pas/plus. Certains diront: quel homme discret, mais ce livre ne m’a pas ému, car l’émotion manque. Il s’agit simplement de morceaux d’entretiens mis bout à bout.

Je reste sur ma pensée: JJG est un artiste discret, anti star système, calculateur, qui n’aime pas être mis en avant, qui travaille comme si chanteur était un tout autre métier. Je garde ses chansons en mémoire mais ne m’attarde pas sur sa personnalité.

Et vous avez vous lu des biographies de Jean Jacques Goldman?

Tag littéraire de A à Z

My Sweet Things a lance un tag récemment: un tag littéraire. Je suis loin de lire autant que certaines (mes lunettes ne sont plus a ma vue et ceci n’est vraiment pas une blague 😕), et je suis loin de lire autant que ce je voudrais, aimerais, par manque de temps mais il m’arrive de lire cependant. Alors taggée je fus, tag je réponds!

A pour Auteur – Auteur dont tu as lu le plus de livres.
J’hésite entre Agatha Christie (en français puis en anglas) et Paul-Jacques Bonzon (les 6 Compagnons), mais aussi Ludlum

B pour « Best » – La meilleure « suite » de sérié.
Pas de grand ‘Best » mais je dirais Harry Potter

C pour « Current » – Lecture en cours.
the Vinyl Detective d’Andrew Cartmel; excellent!

D pour « Drink » – La boisson qui accompagne tes lectures.
Parfois de l’eau, parfois du thé, infusion ou coca. Tout dépend de la période de l’année 😀

E pour « E-book » – E-books ou romans papier ?
Pas de liseuse et je me sers très peu de mon tél. portable; je reste sur du papier 😉

F pour « Fictif » – Un personnage fictif avec lequel tu serais sortie au lycée.
Cain d’A l’Est d’Eden, oui zarbi je suis mais bon je vois surtout le film avec James Dean….

G pour « Glad » – Un roman auquel tu es contente d’avoir donné une chance.
Legardinier et Musso. Avant eux, 95% de mes lectures étaient des polars et ce toute jeune (oui oui fan de Fantomette et des 6 compagnons! LOL). Le reste étant des publications scientifiques, livres de cuisine….

H pour « Hidden » – Un roman que tu considères comme un joyau caché.
Je ne lis pas assez pour en avoir trouvé un!

I pour « Important » – Un moment important dans ta vie de lectrice.
Les 3/4 du temps je me souviens quand j’ai acheté le livre. Par contre la lecture en elle même, est moins marquée. Je vais plus facilement regarder la télé que lire si ca va mal, ou alors… faire du sport et me balader avec Muppet.

J pour « Juste » – Le roman que tu viens juste de finir.

Ma mere de Labro

K pour « Kind » – Le genre de romans que tu ne liras jamais.
On va dire les mangas qui ne m’attirent pas vraiment

L pour « Long » – Le roman le plus long que tu aies jamais lu.
C’est une colle. Je lis sans regarder la grosseur du livre. Je regarde avant tout le résumé avant d’acheter. Mais on va dire, peut être: Un loup est un loup de M.Folco.

M pour « Major » – Le roman qui t’a causé le plus gros « book hangover » (« trop plein » livresque – tu ne pouvais plus rien lire après ça).
Je ne lis pas toujours de manière constante. Je peux enchainer plusieurs livres les uns après les autres, tout comme laisser du temps non pas à cause du bouquin juste lu mais de mon emploi du temps 😉

N pour « Nombre » – Le nombre de bibliothèques (meubles) que tu possèdes.
6 étagères mais un bon nombre de livres se trouvent chez mes parents et là on peut facilement multiplier par 4 voir 5….

O pour « One » – Un roman que tu as lu plusieurs fois.
Aucun. Je ne relis jamais un livre, sauf si il s’agit de livres remplis de photos, et de recettes de cuisine… 🙄

P pour « Préféré » – Ton endroit préféré pour lire.
Dehors sur la terrasse, vers le puit chez mes parents a l’ombre, a la plage, ou au salon. Je ne lis pas/plus au lit car Muppet n’aime pas et me marche dessus jusqu’à ce que je pose le bouquin!

Q pour « Quote » – Une citation, d’un livre que tu as lu, qui t’inspires ou qui te fait ressentir plein d’émotions.
Je lis et me dis: ah oui genial cette phrase, mais je ne les écris pas et du coup… ne les retiens pas…. du pur Carrie!!!

R pour « Regret » – Un regret de Lecteur.
Le pire de tous, jusqu’à présent et que je m’en souvienne: La nuit des trente. Il y a eu aussi  « Petit enfer dans la bibliothèque » de Jasper Fforde et des bouquins prêtés par un de mes neveux sur Star Wars où il était question de vaisseaux X et Y… ca me barbait tant qu’au bout de 4 tentatives j’ai abandonné!

S pour « Série » – Une série que tu as commencée mais jamais finie (et dont tous les livres sont sortis).
« A series of unfortunate events/ les enfants Baudelaire » de Lemony Snicket . Au bout de 3, 4 livres ca m’avait plombé le moral et j’ai arrêté. Marre que tant de pessimisme, de tristesse.

T pour « Trois » – Trois de tes livres préférés de tous les temps. 
Euhhhhh y en a que j’aime bien mais comme déjà dit plusieurs fois, le temps me manque et donc relire un livre n’est pas possible. Donc je vais juste citer quelques titres de bouquins (juste 3 livres c’est peu!) qui m’ont en effet vraiment plu, que je pourrais relire.

  • A l’Est d’Eden de John Steinbeck
  • Capitaine Fracasse de Théophile Gautier
  • Papillon d’Henri Charrière

U pour « Unapologetic » – Quelque chose pour lequel tu n’éprouves absolument aucun remords d’être fan(girl).
Les Miss Marple d’Agatha Christie

V pour « Very » – Un roman dont tu attends la sortie avec grande impatience, plus que celle des autres.
En ce moment, Gilles Legardinier

W pour « Worst » – Ta pire habitude livresque.
J’ai pris l’habitude d’écrire la date où j’ai acheté le livre et mettre mon nom sur une des premières pages. Sinon je prends soin de mon livre, ne l’ouvre jamais à fond et ne corne pas les pages pour m’en servir de marque page.

X pour « X » – Commence à compter en haut à gauche de ton étagère (la plus proche) et prends le 10ème livre. Ah ben étant chez mes parents, je regarde et… tombe sur: Le Petit Robert!

Y pour « Your » – Ton dernier livre acheté.  The Vinyl Detective, Written in Dead Wax d’Andrew Cartmel

Z pour « ZzZ » – Le livre qui ta volé ton ZzZ (le dernier livre qui t’a tenue éveillée bien trop tard la nuit)
Comme déjà dit je ne lis plus le soir et j’avoue qu’un film ou une musique (merci Georges Lang) m’a plus souvent fait coucher plus tard qu’un bouquin…..
Et pour finir…. si le coeur vous en dit, goooooo: Pom de Pin hiiiiiii   Michele  (quand tu auras le temps 😉 ) La Carne, Victoria, Oth 😉

Bonne soiree et bonnes lectures!

J’ai lu: Un appartement à Paris de G.Musso

En Juin, chez mes parents j’ai réussi a lire le dernier livre de Musso, offert a ma maman en Avril pour son anniversaire. Elle l’a dévore, aime, différemment de Ma Mere de Labro mais livre qu’elle a fini rapidement.

Resume« L’art est un mensonge qui dit la vérité… »

Paris, un atelier d’artiste caché au fond d’une allée verdoyante.
Madeline l’a loué pour s’y reposer et s’isoler.
À la suite d’une méprise, cette jeune flic londonienne y voit débarquer Gaspard, un écrivain misanthrope venu des États-Unis pour écrire dans la solitude. Ces deux écorchés vifs sont contraints de cohabiter quelques jours.

L’atelier a appartenu au célèbre peintre Sean Lorenz et respire encore sa passion des couleurs et de la lumière. Terrassé par l’assassinat de son petit garçon, Lorenz est mort un an auparavant, laissant derrière lui trois tableaux, aujourd’hui disparus. Fascinés par son génie, intrigués par son destin funeste, Madeline et Gaspard décident d’unir leurs forces afin de retrouver ces toiles réputées extraordinaires.

Mais, pour percer le véritable secret de Sean Lorenz, ils vont devoir affronter leurs propres démons dans une enquête tragique qui les changera à jamais.

En regardant sur internet, les avis sont assez partages pour ce nouveau roman de Guillaume Musso. Cependant en ce qui me concerne je l’ai bien aime. Certes il existe quelques longueurs, mais l’intrigue se tient, avance.
Madeline Greene, ancienne flic, et Gaspard Coutances, écrivain solitaire, se retrouvent, malgré eux, à cohabiter dans un appartement d’artiste à Paris. Un bug informatique les oblige à se rencontrer alors que chacun était venu chercher l’isolement.
L’appartement appartenait à l’artiste Sean Lorenz, qui est décédé après avoir perdu son fils, kidnappé puis assassiné sous les yeux de sa mère. Dévasté, peu de temps avant de mourir, Sean Lorenz brûle toutes ses oeuvres, sauf 3 tableaux . Découvrant son histoire, Madeline et Gaspard tentent de travailler ensemble afin de récolter le maximum d’informations concernant Sean pour retrouver ces tableaux. On parle Art meme si le peintre Lorenz et les galeries d’art cites sont fictifs.
Le style est fluide comme a son habitude avec Musso, le suspens est present, parfois un peu sanguinolent mais rien a voir avec les polars scandinaves.
Par contre niveau personnages/héros, ils ne sont pas des plus sympathiques et j’ai eu du mal a m’y attacher. Ils portent de vieilles blessures et veulent se rattraper mais l’amour n’est pas vraiment present, enfin je trouve personnellement.
Je ne dévoile pas la fin 😉 mais tout est là cependant pour passer un bon moment de lecture. Parfait pour l’été 😉

Et vous livre lu? Qu’en avez vous pense?

Muppet se donnant a fond pendant ma lecture…..

 

J’ai lu: « L’Amour en minuscules » de Francesc Miralles

Ohhh un livre lu par Carrie! Je n’ai pas de belles lunettes comme certaines…. 😀 je ne lis pas plus vite que mon ombre non plus…. mais je lis un peu, parfois. Ce livre je l’avais acheté lors d’une balade sur Lyon. La couverture m’avait plu 😉 et j’ai lu ce livre en debut d’année. Oui je suis en retard pour vous en parler.

9782266220408

ResumeSamuel de Juan est un professeur d’allemand solitaire qui aime se réfugier dans la littérature et la musique classique. De sa bulle, il ne s’échappe que pour donner ses cours à l’université. Mais au lendemain d’un réveillon du nouvel an, la visite inattendue d’un chat vient bouleverser ses habitudes. En rapportant le félin à son voisin, Samuel fait la connaissance de Titus, un vieux rédacteur bourru. Le premier domino vient de basculer entraînant dans sa chute un second… Car cette première rencontre est annonciatrice de bien d’autres tout aussi surprenantes. Bientôt, Samuel croise le chemin d’un savant lunatique et celui d’une belle femme mystérieuse. Sa petite vie paisible se mue alors en une véritable aventure initiatique.

Ce que j’en ai pense: Samuel est prof d’allemand… juste au moment où je bataillais avec ma formation en allemand…. un chat est présent, youpi, et les références littéraires, musique citées dans le livre sont riches, variées mais… il manque un p’tit truc qui fait que je n’ai pas autant accroché que ce que je pensais. Ce n’est pas du Legardinier avec son humour, légèreté que j’affectionne. Ici Samuel est gauche avec les femmes, il manque de tonus, de vitalité, de décisions. Et puis certains caractères, dont ce fameux savant lunatique, farfelu qui interviennent, disparaissent et.. on aimerait en savoir un peu plus sur eux.

Livre agréable, vu la richesse de recherche de l’écrivain et la manière de l’écrire, mais il manque un p’tit plus pour moi, pour faire de ce roman un vrai coup de coeur.

Connaissez vous cet écrivain? ce livre?

Belle fin d’apres midi

 

 

J’ai lu: Ma mère cette inconnue de P.Labro

Aussi loin que je m’en souvienne j’ai toujours aimé Labro; sa voix, ses livres mais aussi ses chansons pour Hallyday. Mes parents avaient acheté certains de ses livres et lorsque je l’ai entendu sur une radio dont il fut directeur, parler de son dernier titre « Ma mere cette inconnue » j’ai de suite été à la librairie. L’anniversaire de ma maman approchait; c’était le cadeau idéal.

Résumé :
« Netka, il y a du slave dans ce nom qui sonne clair. Elle a cinquante pour cent de sang polonais dans ses veines. Il me faudra beaucoup de temps pour identifier la Pologne, chercher la trace du père inconnu, éclaircir les mystères, imaginer l’enfant-valise, la petite fille abandonnée. Elle est, elle était ma mère. »
Philippe Labro. 

Extraits: Elle a fermé la porte entre les premières années de sa vie et le reste. Comme si elle ne voulait pas admettre sa vérité devant nous. Cruelle, à l’époque. Ignorer les blessures qui sont propres à toutes celles et ceux qu’on a abandonnés.

Plus tard, depuis ce « merci pour ton effort », je me suis interrogé : ai-je assez aimé ma mère, l’ai-je assez aimée ? Aimons-nous assez ceux que nous aimons ?

Ce que j’en ai pensé:

Le livre a énormément plu à ma maman. Autant le précédent roman a trainé des mois à ses cotés, autant celui là a été apprécié. Elle m’a demandé de l’offrir à ma proprio, m’ayant invité pour son anniversaire aussi. Et lors de mon séjour en France, j’ai emprunté le livre. Il ne s’agit pas d’un roman, au sens propre du terme, Labro le dit lui même. Il a écrit, re-ecrit, lu, modifié et a laissé parler son coeur. Ce livre, lu au moment au Simone Veil est décédée m’a rappelé qu’à leur époque la vie, surtout des femmes n’était pas simple, ni facile. Il décrit la force de volonté qu’elles avaient. Ce livre est poignant, très bien écrit, facile à lire. Je l’ai dévoré, j’avais les larmes aux yeux à bien des moments, imaginant mes grand mères dans une telle situation; les 2 guerres mondiales, la condition feminine. Labro fait une recherche sur sa mère qui a tant effacé son passé, et qui s’est consacrée exclusivement à son present et futur.

Netka n’était pas simplement la femme de Jean Labro et maman de 4 enfants. C’était une femme, une maman extraordinaire, qui a fait en sorte d’aimer sa vie malgré un début de vie peu conformiste pour son époque.

Je ne peux que vous recommander de lire ce livre. Il vous émerveillera par tant d’amour, de sincérité. Il ne vous laissera pas indifferent.

Et vous, l’avez vous lu?

J’ai lu: l’Instant présent de Guillaume Musso

l-instant-present-9782845637795_0Après avoir lu pas mal de livres scandinaves, de meurtres, j’ai opté pour un livre plus léger: L‘Instant présent de Guillaume Musso.

Résumé: « Souviens-toi que l’on a deux vies. La seconde commence le jour où on se rend compte que l’on n’en a qu’une. » Pour payer ses études d’art dramatique, Lisa travaille dans un bar de Manhattan. Un soir, elle y fait la connaissance d’Arthur Costello, un jeune médecin urgentiste. En apparence, Arthur a tout pour plaire et Lisa n’est pas insensible à son charme. Mais Arthur n’est pas un homme comme les autres. Deux ans plus tôt, il a hérité de la résidence de son grand-père : un vieux phare isolé dans lequel une pièce a été condamnée. Malgré sa promesse, Arthur a choisi d’ouvrir la porte, découvrant une vérité bouleversante qui lui interdit de mener une vie normale.Sa rencontre avec Lisa va tout changer et lui redonner une raison d’espérer. Dès lors, Arthur et Lisa n’ont qu’une obsession, déjouer les pièges que leur impose le plus impitoyable des ennemis : le temps. Un suspense psychologique vertigineux au final stupéfiant.

Alors ok c’est un roman, un thriller? je ne serais dire car il n’y a pas de neutre comme dans ce que je lis habituellement.

Notre héros hérite d’un phare, où une pièce mystérieuse est condamnée à rester fermée. Evidemment, il désobéit à son père, tssss et… l’ouvre. S’ensuit alors une course poursuite contre le temps, où les années défilent de 1992 à nos jours. On revit ainsi l’actualité de l’époque, la politique, les événements, les chansons. L’histoire se répète car Arthur est pris dans une spirale temporelle; par moment c’est lassant. Guillaume M. essaye de faire des chapitres courts alors. On comprend ce qui se passe au bout de 100 pages et on se dit: ok capté, et la fin alors? On apprend plus sur ce qui arrive à Arthur grace au grand père. Le livre se lit vite, Musso a un phrasé agréable. On avance vite ainsi. Je remercie le grand père d’être là, sans lui Arthur ne ferait, ne serait pas grand chose. Petit pois à la place d’un cerveau, aucune pensée pour son futur. D’ailleurs le futur, la fin sera t’elle aussi tragique que ce que le grand père d’Arthur prédit: mort de l’entourage d’Arthur, Lisa inclus? Non elle sera pire car…. chut je ne dévoile pas la fin.

Livre intéressant mais il me manquait un p’tit plus pour me faire vraiment adorer le livre! Je me demande si je ne suis pas un peu trop difficile en lecture?…..!!!

Et vous, l’avez vous lu? Aimé?

 

J’ai lu: Incurables de Lars Kepler

Après avoir eu deux échecs niveau lectures, je croisais les doigts pour que ce livre scandinave me plaise. J’ai acheté le livre lors d’une sortie chez Cultura cet été et ce n’est qu’après que je me suis rendue compte qu’il y avait des livres avec cet héros….pourtant Dame Patrimoine m’a un jour donné un livret sur les écrivains scandinaves mais Carrie est tête en l’air et je n’avais pas ces feuilles dans mon sac au moment de l’achat du livre…. bref j’ai lu et… youpi j’ai aimé! p1280499

RésuméUne jeune fille est assassinée dans la chambre d’isolement d’un centre de réhabilitation psychiatrique. Elle porte les traces de violents coups à la tête. Dans la grange voisine, on découvre le cadavre de l’infirmière de garde cette nuit-là, tuée à coups de marteau. Dépêché sur les lieux, l’inspecteur Joona Linna s’aperçoit rapidement que l’une des pensionnaires, Vicky Bennet, manque à l’appel. Sous son lit on retrouve des draps ensanglantés, et sous l’oreiller un marteau maculé de sang. Peu après, on signale le vol d’une voiture à bord de laquelle se trouvait un enfant de quatre ans. Les descriptions confuses fournies par la mère désemparée correspondent au signalement de Vicky… Mais qui est cette Vicky Bennet ? De quoi est-elle capable ? C’est le début d’une terrible course contre la montre, qui va mettre à mal les intuitions de Joona Linna. Avec Incurables, Lars Kepler continue de sonder le tréfonds du psychisme humain et signe une nouvelle fois un polar effréné aussi imprévisible que son héros.

Après mes 2 mauvaises lectures, j’attendais beaucoup de ce livre. Je connais le style scandinave et je n’ai pas été déçu. Des les 1eres pages c’est sanglant, très sanglant, violent mais ce 1er livre pour moi, de ces auteurs (oui ils sont 2 à écrire!), n’est pas violent psychologiquement, pour mon plus grand plaisir. Sinon… je flippe trop! LOL Les chapitres sont courts, parfois trop courts. Ca a l’avantage de poser le livre rapidement, mais aussi de se dire: allez encore un chapitre, il est court! Le bémol est qu’au début du livre, un chapitre  apparait et je ne comprends pas pourquoi mais une fois l’enquête menée, on revient sur ce chapitre, qui est en fait une suite des livres précédents… que je n’ai pas lus donc…..oops. Dame Patrimoine l’a aussi lu et je t’invite à lire sa critique, car je suis d’accord avec ses propos 🙂

Maintenant je vais devoir acheter les précédents bouquins et… les suivants car 2 autres sont sortis! Damned que de lectures en perspective 😀