Five photos, five stories#2

J’ai été taguee par sur un tag tres original: ecrire en anglais et en français la meme histoire et cela pendant 5 jours. Je vais tricher comme Pomdepin a ne pas vous saturer de mes beaux nuls contes/histoires/niaiseries et étayer tout ca en longueur…plus ou moins longue…si vous etes toujours la car je risque de vous saouler grave!

Les règles du challenge Cinq Photos Cinq Histoires sont simples :

  • Une photo et un texte associé à la photo pour cinq jours consécutifs.
  • Le texte et sa longueur sont laissés au choix du blogueur ou blogueuse.
  • Contacter un autre bloggeur/blogueuse pour continuer le challenge. Aucune obligation, bien sûr.

The rules of the Five Photos, Five Stories Challenge are simple:

1) Post a photo each day for five consecutive days.
2) Attach a story to the photo. It can be fiction, non-fiction, poetry, or a short paragraph. It’s entirely up to the individual.
3) Nominate another blogger to carry on the challenge. Your nominee is free to accept or decline the invitation. This is fun, not a command performance!

So…let’s start! Commencons 😀

P1100912Neuvern and his sister Sofiane were kids, living in the suburb of Paris. They were happy at home but couldn’t wait to go in holidays, to meet their cousins in the South of France. They were all around the same age and liked each other a lot. Over there, life was different: the colour of the sky, the shape of the hills, the kindness of the people, well everything seemed better. It was a relaxing, joyful time. The children were spending most of their time together giggling, laughing and playing in the farm. No way that they stayed inside; no time for Tv! And the weather in holidays was as magic, always sunny or…almost.

Their grand father did own wonderful lands, as he was a farmer. The cows grazed in the fields outside the farm. The children used to spend time on that small valley. It was beautiful: green grass, surrounded by fruits trees and in the middle a lovely stream. The cows were drinking from that of course.

One Easter, Sofiane was running up and down with her cousins in that vale. It was Easter, the weather was just started to be warm, after the months of winter: snow, rain. It was sunny and still fresh; they were looking after flowers to pick up for their mums, when suddenly one of Sofiane’s shoe got stuck in the mud near the stream. She did not realise it first as she was running,  having fun with her cousins.

It’s only when her foot became wet and….brown (she was wearing white socks) that she realised the disaster.

She stopped, looked at her foot, tried to find back her shoe and….. cryed. Damned cows, stream and rain. This is your fault! She was furious. She lost her shoe. Sofiane was and still is really found of shoes. But she was not the only crying. If she was feeling sad and very upset, it was not the case of the others who couldn’t stop laughing, bursting into tears  of laugh about her misfortune.

Time passed and that story is still in their memories. They talked about it from time to time. Sofiane is now laughing too about her misfortune but it took her a while! Typical girl’s shoes addict behaviour! 😀

*************************************

Neuvern et sa sœur Sofiane étaient des enfants, vivant dans la banlieue de Paris. Ils étaient heureux à la maison, mais étaient impatients d’aller en vacances, rencontrer leurs cousins dans le Sud de la France. Ils avaient tous à peu près le même âge et s’appréciaient beaucoup. Là-bas, la vie était différente: la couleur du ciel, la forme des collines, la gentillesse des gens, tout semblait meilleur. C’était un bon moment de détente. Les enfants passaient la plupart de leur temps ensemble à ricaner, rire et jouer dans la ferme. Pas question qu’ils restent à l’intérieur; pas de temps pour la télévision! Et la météo en vacances était magique, toujours ensoleillée ou … presque.

Leur grand-père avait de merveilleuses terres; il était fermier. Les vaches paissaient dans les champs à coté de la ferme. Les enfants passaient beaucoup de leur temps dans ce vallon. Il était beau: l’herbe verte, entouré par des arbres fruitiers et au milieu un joli ruisseau, où les vaches s’abreuvaient bien sur.

Une fois à Pâques, Sofiane courait de haut en bas avec ses cousines dans ce vallon. A cette période, le temps avait juste commencé à être chaud, après les mois d’hiver: neige, pluie. C’était ensoleillé mais encore frais; ils cherchaient des fleurs à ramasser pour leurs mamans, quand tout à coup l’une des chaussures de Sofiane se coinçât dans la boue près du ruisseau. Elle n’a pas tout de suite réalisé comme elle courait, s’amusait avec ses cousines.

C’est seulement quand son pied est devenu humide et … .marron (elle portait des chaussettes blanches) qu’elle réalisa la catastrophe.

Elle s’arrêta, regarda ses pieds, essaya de retrouver sa chaussure et … .. pleura. Maudits ruisseau, vaches, pluie. Cela est de votre faute! Elle était furieuse. Elle a perdu sa chaussure. Sofiane était et est encore vraiment accro aux chaussures. Mais elle n’a pas été la seule à pleurer. Si elle se sentait triste et très en colère, il en a été très différent des autres qui ne pouvaient pas s’arrêter de rire, pleurant de rire sur son malheur.

Le temps a passé et cette histoire est encore dans leurs mémoires. Ils en parlent de temps en temps. Sofiane aussi maintenant rit à propos de son malheur, mais il lui a fallu un certain temps! Comportement typique d’une accro aux chaussures ! 😀

Eh bien voilà ma deuxième tentative!

PS: Any resemblance to actual persons living or dead is purely coincidental. Toute ressemblance avec des persons existantes ou ayant existé est purement fortuite……. 🙄

21 réflexions au sujet de « Five photos, five stories#2 »

  1. fortuite, fortuite… mouais, j’ai comme du mal à y croire… 🙂
    (Et c’est arrivé à Melle 3e : sa botte est restée coincée dans le paddock des chevaux un dimanche où il avait beaucoup plu les jours précédents… elle a remis la botte avec le pied plein de boue : il a fallu tout passer au jet ! )

  2. Je suis une fille des champs, par conséquent beaucoup d’anecdotes en mémoire… Mais jamais perdu une chaussure !! C’est arrivé il y a fort longtemps à ma maman, lorsqu’elle se protégeait des bombardements, à une époque où les chaussures étaient un bien précieux… C’est ce que ton histoire a fait remonter en moi 😉 J’étais fascinée par toutes les histoires vraies qu’elle me racontait…

  3. Je connais pas la première version. ……mais celle là oui je la connaît très bien!!!!!! D’ailleurs nous en avons encore rigolé y’à pas très longtemps il me semble😊?!!!!!!!

  4. Ping : Five photos, five stories#4 | Frenchie4myself

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s